Les dents des séniors

Ces organes vieillissent au même rythme que nous et peuvent rencontrer certains problèmes liés à l’âge.

Les causes

L’usure : avec le temps les dents s’usent naturellement de par leur seul fonctionnement, que ce soit par attrition (répétition des contacts entre les dents : le fait de mâcher), abrasion (usure mécanique non liée à la mastication) ou érosion (attaque acide non bactérienne). Ces phénomènes peuvent être favorisés par certaines pathologies ou habitudes : le bruxisme ou « grinçage de dent » va très largement accélérer l’attrition, mâchouiller son stylo mène à de l’abrasion, les reflux acides accélèreront l’érosion chez les patients atteints d’anorexie/boulimie…

Naturellement, les dents sont soumises à des agressions quotidiennes, la mastication et la confrontation à des aliments acides ou sucrés les fragilisent.

Plus le patient prend de l’âge et plus ses dents sont susceptibles d’avoir été fragilisées par ces phénomènes d’usure.

La salive : elle permet de prévenir les caries et la prolifération de bactéries buccales, son « pouvoir tampon » va permettre de faire progressivement diminuer l’acidité en bouche après un repas. La salive est donc quelque chose de très important en complément du brossage quotidien puisqu’elle jour le rôle de nettoyant buccal ; or, sa production diminue avec l’âge. Certaines pathologies ou leur traitement peuvent également entraîner une diminution du flux salivaire et fragiliser dents et gencives, notamment certains médicaments contre l’hypertension ou certains psychotropes.

Les pathologies d’ordre général : Les carences en vitamine D et l’ostéoporose favorisent la détérioration la santé bucco-dentaire. Les personnes âgées qui fument, boivent ou sont diabétiques sont plus susceptibles d’être sujettes à des problèmes d’ordre dentaire ou gingival/osseux.

Les conséquences

Les problèmes bucco-dentaires, à partir d’un certain point, peuvent grandement impacter le quotidien des séniors : édentement, difficultés à mâcher, à s’exprimer, à sourire… qui peuvent ensuite avoir un réel impact psychologique sur le patient : perte de confiance en soi, isolement progressif, sentiment de honte…

La pose d’un appareil se présente alors comme une alternative, mais n’est pas sans inconvénients : difficile de conception (travail en bouche chez des patients parfois en situation de dépendance), parfois difficile à supporter pour ces patients fragilisés, difficile d’hygiène aussi : il faut être capable de trouver le bon compromis dans ces situations délicates.

Il existe d’autres solutions à la perte de dents comme la pose d’implants dentaires ou de prothèses non amovibles. Ces solutions sont souvent plus difficiles de mise en place, mais permettent aux patients un retour à une situation fixe et stable, plus proche de celle du patient sain.

Comment les prévenir ?

Le suivi bucco-dentaire est très important chez les séniors, c’est pourtant un point qui est malheureusement souvent négligé dans les établissements d’accueil. Une  bonne hygiène bucco-dentaire, inscrite dans le temps avec régularité, avec des contrôles professionnels réguliers, permettront d’éviter une grande part des conséquences nocives liées à la dégradation de l’état de santé buccal.

Avec l’âge, divers facteurs (dont la diminution de la quantité de salive) vont favoriser l’augmentation de l’acidité buccale. Il faudra donc contrôler son alimentation de façon accrue, notamment en ce qui concerne les aliments sucrés et acides.

Un suivi régulier chez le dentiste reste donc indispensable chez la personne âgée, que ce soit en cabinet pour les patients les plus autonomes ou en établissement spécialisé le cas échéant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *