Pourquoi perd-t-on nos dents lorsque l’on est petit ?

Un bébé voit ses premières dents de lait pousser aux alentours de 6 mois ; elles seront au nombre de 20 (contre 32 pour les dents définitives), 10 par maxillaire :

  • 4 incisives qui seront remplacées par 4 incisives permanentes
  • 2 canines qui seront remplacées par 2 canines permanentes
  • 4 molaires qui seront remplacées par 4 prémolaires, les molaires permanentes poussant en arrière des molaires lactéales

L’éruption de ces dents peut parfois être douloureuse ; à partir de leur apparition, il faudra commencer à varier l’alimentation afin de mettre en place la mastication, qui à son tour va favoriser la croissance des maxillaires. Ces dents seront progressivement remplacées par leur pendant définitif à partir de 6 ans, âge de l’éruption de la première molaire définitive (qui pousse en arrière de la deuxième molaire de lait).

Lors de l’éruption de la dent définitive, celle-ci va petit à petit résorber la racine de la dent de lait correspondante avant de prendre sa place sur l’arcade. C’est un procédé relativement indolore dans des circonstances classiques, sans contexte infectieux ou inflammatoire.

De 7 à 12 ans, ce sont les incisives permanentes qui vont commencer à se positionner en lieu et place des incisives de lait, suivies des canines puis des prémolaires. Pendant cette période, toutes les dents de lait seront donc progressivement remplacées.

La deuxième molaire poussera vers 12 ans, la troisième molaire ou « dent de sagesse » poussera quant à elle vers 18 ans.

Cependant, en opposition à cette situation idéale il existe de nombreux cas nécessitant une prise en charge particulière. Entre autres, on peut évoquer l’hypodontie (absence d’une ou plusieurs dents définitives) et l’hyperdontie (dents surnuméraires). Ces anomalies de nombre, souvent détectées radiographiquement, nécessitent un traitement et un suivi adaptés, selon l’étendue de l’atteinte.

Il existe également des anomalies de taille, de forme, d’éruption (par exemple un retard d’éruption, ou à la mauvaise position) ou même au niveau de la structure minérale des dents.

Le traitement le plus adapté sera décidé au cas par cas par votre chirurgien-dentiste, afin de répondre au mieux aux impératifs biologiques, fonctionnels et esthétiques liés à l’appareil manducateur.

L’UFSBD (Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire) recommande une première visite chez le dentiste au cours de la deuxième année de l’enfant, donc entre 1 et 2 ans, ce qui permettra à la fois de dépister d’éventuels problèmes, d’établir un premier contact avec le dentiste pour l’enfant, ainsi que de donner des conseils de prévention à destination à la fois des parents et de l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *